Le Japon, Les Tissus Japonais

Les Couleurs Japonaises de l’Automne – Quand la nature inspire

Nous nous habillons tous en fonction de la météo. Mais les Japonais utilisent aussi la nature et les saisons comme une source d’inspiration pour l’habillement, et leurs tissus. Aussi parce que c’est une façon de sentir en harmonie avec l’environnement.

Ce post concerne donc les couleurs d’automne, et un autre suivra sur les motifs, animaux, textures. C’est aussi l’occasion de découvrir la subtilité, la poésie, la diversité, et la symbolique des couleurs japonaises traditionnelles.

Un peu d’histoire pour commencer …

La période dite « Heian » (794 / 1185) au Japon fut très stable. Elle est reconnue notamment comme une sorte d’age d’or de la culture, des arts, et de la cour impériale. A cette époque, pour nous, c’est le moyen-age, entre les règnes de Charlemagne et Philippe Auguste.

C’est durant cette période que se sont façonnés et ancrés certains préceptes vestimentaires au Japon. Et la culture japonaise étant très liée avec les saisons, il en est de même pour les vêtements. Ces préceptes (Jūnihitoe, kasane no irome) concernent les tissus, le nombre de couches, les palettes et combinaisons de couleurs, et les motifs. Ils intègrent même déjà le teint spécifique de la peau (cf. le Dit du Genji – XIème).

LES COULEURS DE L'AUTOMNE

L’été est la saison des couleurs vives et franches. Et l’automne, lui, met en scène des couleurs plus douces, plus complexes et plus subtiles. A l’instar des feuilles d’érable ou de vigne, qui inventent chaque jour des nouveaux tons de jaune, orange, rouge, ou brun. Puis tomberont, et se mêleront aux couleurs de la terre.

De même, si la lumière de l’été est forte et directe, celle de l’automne est plus rasante. Ce qui fait perdre de l’éclat à certaines couleurs, et en magnifie d’autres.

Cette évolution est progressive. Jusqu’à l’entrée dans l’hiver. Elle varie évidemment selon les pays et région. L’idée est de voir comment la nature autour de nous peut nous inspirer.

Au fait, c’est quoi une couleur complexe?

Ca, c’est rouge. Pour tout le monde.

C’est vif, franc, direct.

Mais ça? On le classe dans quelle famille? Vert? Brun? Jaune?

C’est plus vert et foncé que kaki, plus clair et jaune qu’olive.

En fait, peu importe, mais probablement, nous nous accorderons tous pour dire que la couleur de gauche est une couleur d’été, et celle de droite une couleur d’automne.

Couleurs plutôt Septembre

Septembre est le mois où l’on bascule de l’été à l’automne. L’idée est alors de s’habiller en privilégiant progressivement les couleurs plus calmes, plus neutres, moins vives que celles de l’été, mais plus riches, plus complexes. Et les changements de la nature sur ce mois sont une infinie source d’inspiration.

Hagi-iro:

de la fleur de l’espédéza (une légumineuse)

Ominaeshi:

De la fleur d’une variété de Patrinia. Un jaune avec une pointe de vert.

Kon-iro:

L’indigo le plus foncé. Il a une pointe de rouge.

Fuka-ai:

Bleu profond, et le bleu japonais (de l’indigo) est un peu vert. Ici, il a un peu de noir.

Usuzumi-iro:

Gris clair. Litt., encre diluée.

Ake:

Ecarlate / Cramoisi.

Ebi-iro / Budō-iro:

Raisin (mûr).

Usu-Cha-iro:

Thé diluté.

Couleurs plutôt Octobre

Octobre est LE mois d’automne, et donc celui de ses vrais couleurs; on parle donc ici des rouges calmes (i.e. pas vifs, donc genre brique, tomette, rouille, terracotta, …), des jaunes (ocres), des bruns, des noirs légèrement éclaircis et colorés, des marrons (acajou, ambre, terre de Sienne, …).

C’est aussi un mois où les arbres vont progressivement se dénuder. Et les habits peuvent eux, dans le même temps, passer du multicolore au monochrome, ou à un nombre réduit de couleurs ou de tons.

Asa-murasaki:

Litt., violet clair

Azuki-iro:

L’azuki est un haricot. Evoque un rouge un peu pourpre, la nuit tombée.

Cha-iro:

Couleur du thé (son pigment). Proche de notre marron.

Sumi-iro:

Noir d’encre. Avec une pointe de blanc.

Gin-iro:

Argent (métal). Un beau gris avec un lustre métallique

Kin-iro:

Or.

Couleurs plutôt Novembre

En novembre, la lumière est encore moindre et plus basse. Les couleurs restent douces, sourdes, et s’assombrissent. Avec le dénuement des arbres, les couleurs de la terre, des mousses, ou des champignons prennent plus d’importance.

Oudo-Iro:

Litt. Jaune de Terre / ocre

Be-ju:

Du mot beige, ici plutôt clair

Kareha-Iro:

Couleur de feuille morte / séchée

Matcha:

La couleur du thé vert Matcha.

Shu-Iro:

Couleur cinabre (minéral) – dérivé du mot shinsha

Enji-Iro:

Rouge cochenille (l’insecte), utilisé comme pigment / colorant.

Kuchiba-Iro:

Feuilles en décomposition

Ginnezumi:

Gris Argent, avec une touche de vert saule. Nezumi est un rat et évoque aussi un thé.

Daidai-Iro:

Couleur de la peau d’orange

Kurobeni:

Litt. noir rouge, ie noir avec une touche de rouge

Ces couleurs sont évidemment indicatives. D’une part, parce qu’on peut jouer sur leurs variations plus ou moins claires ou foncées. Et d’autre part, parce qu’il s’agit d’interprétation.

Mais comment crée-t-on des harmonies de couleurs avec cela?

Au Japon, c’est une expertise. Il y a des enseignement, des livres, et même des Apps. Mais au-delà, il y a un repère commun à tous: la nature.

Ainsi, on peut composer comme nous le montrent les fleurs. Voici quelques exemples, ici, évidemment, avec des fleurs d’automne:

La campanule: Kikyou

Un ton d’indigo avec un bleu / vert foncé

Le Chrysanthème Blanc: Shiragiku

Blanc et vert d’oignon

Feuilles mortes: Kuchiba

Rouge foncé et jaune profond

Est-ce que ces couleurs sont … exotiques?

En fait, rien qu’en regardant ces 2 images, du géant japonais du vêtements japonais, le 29 septembre 219, dans ses versions japonaise et française, eh bien ….

Et si on regarde cette marque emblématique du luxe français, les couleurs restent dans cette même logique.

En choisissant des couleurs quelque peu « inhabituelles » et qui nous correspondent, on exprime sa personnalité et sa différence, avec une certaine légitimité.

Voici 2 de mes créations aux couleurs automnales:

On peut bien sur s’inspirer des fleurs, feuilles, arbres et arbustes de saison. En pensant à son top, sa jupe, et aux accessoires qui vont avec.

Mais aussi d’autres choses, toujours de saison, comme la grue ci-dessus, et ce sera l’objet d’un post suivant.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019 Polina Couture

Laisser un commentaire