Le monde des Tissus, Les Tissus Japonais

Les spécificités des Tissus Japonais

En quoi les tissus Japonais sont ils différents et remarquables?

Je suis avant tout une inconditionnelle des tissus Hermès. Mais je dois dire que les tissus japonais sont vraiment remarquables. Et pourtant méconnus. D’où ce petit texte.

Le textile a toujours eu un rôle important au Japon. Traditionnellement, les tisseurs et teinturiers japonais travaillent la soie, le chanvre, le coton et la ramie. Cet artisanat et l’art textile se sont sophistiqués pendant des siècles pour les usages de la cour impériale, de l’aristocratie, du clergé, du théâtre, … puis enfin de la population urbaine.

Ensuite, l’industrie textile a été l’un des premiers piliers de la modernisation économique du Japon au début de l’ère Meiji (fin du 19ième siècle), avec le chemin de fer et les mines. Elle concernait à l’époque le filage du coton, et le dévidage de la soie. Cette dernière pesait à l’époque 30 à 40% des exportations. Même Toyota en est issu.

Ce rapide (et sommaire) résumé explique déjà pourquoi le Japon excelle particulièrement dans le coton, la soie, le lin. Auxquels s’est ajouté plus tard le synthétique.

Après, qu’est ce qui différencie les textiles japonais?

  • D’abord, clairement, la richesse colorielle et la qualité des couleurs.
    • La teinture, c’est vraiment très complexe et très sophistiqué. Les Japonais y excellent, avec de nombreuses techniques.
    • Sur un tissu uni, ce savoir-faire donnera plus de profondeur et de durabilité à la couleur, avec un plus grand respect de la fibre, (et le cas échéant du tissage). Sur un tissu à motif ou illustration, cela donne plus de richesse de teintes, plus de précision, plus de nuances, de meilleurs dégradés, etc.
    • Une anecdote: ce qui a fait sensation dans la mode française, aux débuts de Kenzo, ce sont justement ses couleurs (et ses motifs floraux. Japonais). Et c’était au début des années 70.
  • La richesse des imprimés
    • En Asie, de manière générale, on va plus souvent vers les couleurs, les illustrations, les symboles, les histoires, ….  c’est vrai dans l’écriture, l’alimentation, …. et dans les tissus. Et finalement, s’il y a une telle maîtrise des techniques de tissage et de teinture, c’est peut-être parce qu’il y avait un désir plus grand de faire de beaux motifs ou illustrations, teints ou tissés. Et notamment pour y représenter au mieux les richesses de la nature (fleurs, des animaux, ….).
    • Au Japon, un tissu est plus qu’étoffe, c’est aussi une narration, une émotion, un auspice. Telles les libellules, qui ont la particularité de voler uniquement vers l’avant, et qui, ainsi, représentent le courage de celui qui ne recule pas, et qui avance en toute circonstance.
  • La richesse des textures, des effets et des sensations.
    • D’une manière générale, j’ai l’impression que les Japonais travaillent leurs tissus plus spontanément en 3D, utilisent plus la texture, donnent plus de relief ou de personnalité sensorielle à leurs tissus. Je fais ici notamment référence au crêpe (Chirimen), à la gaze, au dobby, au Jacquard (certes français), au brocart, au gaufrage (certes indien), etc.
    • Plus concrètement, les tissus japonais sont souvent formidablement agréables au toucher. Et si vous cherchez un superbe coton qui ressemble à du lin sans ses inconvénients, vous le trouverez facilement au Japon.
  • L’impression que c’est mieux pensé et mieux exécuté dans son ensemble.
    • Entre la fibre et le tissu, il y a un nombre incroyable d’étapes. La cohérence de ce chemin est essentielle pour la qualité finale. Et une des forces historiques de l’industrie japonaise est dans la qualité de ce chainage (keiretsu).
    • Au Japon, l’art, l’artisanat, le design, l’esthétique, la fonctionnalité, la symbolique, … font partie d’un même ensemble, et sont indissociables. L’industrie textile japonaise conserve d’ailleurs une partie de travail manuel.
    • Les Japonais sont réputés pour être les consommateurs les plus exigeants au monde, et cela tire la qualité de leurs produits vers le haut.
    • Il y a une forte volonté de protéger et développer le savoir-faire, industriel et artisanal. Je vous encourage d’ailleurs à découvrir la liste des trésors immatériels du Japon, où le textile est particulièrement présent.

In-fine, tout cela, on le retrouve dans les tissus; c’est beau, très très bien fait, solide, durable, cohérent, agréable, symbolique, aux riches couleurs, …. toujours.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019 Polina Couture

Laisser un commentaire