Création, Le Japon

Les 7 principes directeurs de l’esthétique Zen

C’est difficile d’expliquer pourquoi le beau est … beau. C’est subjectif et personnel.

L’esthétique japonaise est très différente de la notre. Cela saute aux yeux quand on compare un jardin japonais (au-dessus le Kōraku-en à Okayama, un des 3 majeurs) à celui emblématique de Le Nôtre à Versailles.

Ou quand on regarde ce jardin (Ryōan-ji de Kyoto), considéré comme un des chefs-d’œuvre de la culture zen japonaise.

L’esthétique Zen est liée au Wabi-Sabi. Et Wabi-Sabi, d’une certaine manière, c’est accepter l’imperfection et l’impermanence.

Originellement, Wabi fait référence à la solitude de la vie dans la nature, loin de la société. Et Sabi à ce qui est altéré, flétri, maigre. Ces significations ont évolué avec le temps, et l’association des 2 mots, maintenant, évoque la beauté de l’imperfection, de ce qui est patiné. Ce qui, d’ailleurs, inclut aussi les « imperfections » de celui qui fait, et qui peuvent rendre l’objet plus unique, plus élégant.

Les 7 principes esthétiques zen expriment des notions de beauté, de simplicité et d’imperfection. Et deviennent très « parlants » quand on compare les 2 jardins ci-dessus.

  • Fukinsei (sans symétrie): C’est trouver une harmonie avec des asymétries, des irrégularités. Ou un équilibre avec des déséquilibres. En outre, les asymétries créent une sensation de mouvement, et dégagent une forme de naturalité, d’authenticité.
  • Kanso (simplicité / modestie): c’est se concentrer sur ce qui est fondamental, en l’éliminant l’accessoire et le superflu. Il y a ici une forme de lucidité sur ce qui importe. Un désir de clarté. Que l’on retrouve dans l’approche minimaliste. In-fine, mettre en valeur le plus essentiel.
  • Shizen (naturel): Cela fait référence à ce qui est naturel, mais aussi à ce qui est spontané, pur, sans prétention. C’est une notion subtile: ce n’est pas la nature « brute ». Il s’agit bien d’art, d’artisanat, donc de travail, mais l’oeuvre  doit sembler naturelle.
  • Seijaku (calme): c’est une notion d’énergie calme, de tranquillité, d’absence d’agitation.
  • Shibui / Shibumi (littéralement, goût astringent ou raffiné / sans impureté): c’est la beauté suggérée, l’élégance. Quelque chose de joliment minimaliste, de discrètement beau. Maintenant, cela peut aussi même signifier « cool »,  classe et respectueux.
  • Datsuzoku (inhabituel / inconventionnel): L’idée ici est de s’échapper, de s’affranchir, de s’envoler. Hors des normes, des habitudes, des manières. Cela renvoie à l’idée de création, d’originalité.
  • Yugen: nous n’avons de mot équivalent. C’est une beauté profonde, mystérieuse, subtile. On est dans la suggestion, l’évocation, le symbole.

 

Il me semble que le fil directeur de tout cela est une forme d’harmonie entre ce qui semble contraire: travaillé mais naturel – beau mais modeste – harmonieux mais asymétrique – innovant mais calme …. ou, peut-être, plutôt à transformer ces « mais » en « et ».

Il y a d’autres manières de découvrir cela. Je vous invite à découvrir celle-là, tout en icônes, simples et très bien vues.

 

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019 Polina Couture

Laisser un commentaire