Conseils Pratiques

Guide d’Achat d’un Noeud Papillon: Les marqueurs de Qualité, les Pièges

Il y a beaucoup de boutiques qui vendent des noeuds de papillon. Et il y a des écarts de prix énormes, même à tissu identique. Est-ce justifié?

Je n’ai pas trouvé d’article en français ou en anglais, qui explique comment bien acheter. Voici donc les principaux signes de qualité, les principaux pièges et quelques repères pour acheter à un prix plutôt juste. Plutôt, car il y aura toujours une part de subjectivité.

Si votre temps est compté, vous pouvez lire uniquement les titres de paragraphe.

1. C’est vrai qu’il y a plein de possibilités. Et que ça peut brouiller.

Choisir un noeud pap, c’est effectivement choisir:

  • un usage: à nouer ou prêt-à-porter ou à clipser
  • une forme (papillon, pointu, … petit / moyen / grand)
  • une matière (coton, lin, laine, soie, ….)
  • un motif / une couleur
  • une lumière (mat / satin / brillant).

Tout cela est affaire de goût personnel.

2. Mais il y a 2 méthodes très simples pour comparer les offres: 1. à tissu identique, et 2. avec un repère fiable sur le rapport qualité / prix.

Pour comparer à tissu identique, on compare les noeuds fabriqués en coton Liberty London. Beaucoup en font. Vous verrez immédiatement des prix et niveaux de finition différents, pour un tissu identique (et les cotons Tana Lawn de Liberty sont tous vendus au même prix). Voir ci-dessous.

Un très bon repère sur le ratio qualité / prix, c’est Tie Rack. Leurs noeuds sont franchement bien faits. Concrètement, cela signifie qu’un noeud plus cher doit avoir des qualités supérieures. Et qu’un noeud dans la même zone prix doit avoir un niveau de qualité équivalent.

3. C’est une évidence mais la qualité du noeud tient d’abord à la qualité du tissu. Et c’est encore plus vrai pour les noeuds « à nouer », et pour les barbus. Quand on peut toucher, il y a 4 critères qui doivent tous être remplis, sans concession.

J’ai été étonnée que certains, y compris des grands magasins parisiens vendent à plus de 50€ des noeuds faits avec des tissus franchement moyens, sans le répercuter dans le prix, et sans que la valeur de style saute aux yeux.

Un noeud pap, on le tord, le comprime, le froisse, ça frotte. Or, certains tissus se froissent moins que d’autres, ou se plient avec une plus grande élégance; c’est certes une question de matière (par ex. lin vs laine), mais aussi de qualité de matière, de fil et de tissage. C’est encore plus vrai pour les barbus et les « à nouer » car:

  • les tissages haut de gamme rendent la matière plus résistante au « stress » (frottements, torsion, compression, tirage, ….);
  • cela réduit le risque d’avoir les poils de barbe qui « écartent les mailles » ou abrasent le fil.

Dans l’absolu, comme pour les cravates, ce sont les laines et soies plutôt épaisses qui font les plus beaux noeuds. Notamment car elles se froissent peu et tiennent mieux les formes. Ce sont des matières chères. La « ruse » classique, c’est de remplacer volontairement une soie (ou une laine) épaisse par une soie fine collée sur une toile, sans le dire, car c’est moins cher. La seule manière de le juger, c’est au toucher. Ensuite, même si le tissu est entoilé (un coton Tana Lawn de Liberty est très fin et doit être entoilé), la toile peut et doit être choisie pour obtenir un très bon résultat en terme de toucher et de tenue.

Donc, au toucher, 4 critères clés à évaluer: l’épaisseur, la souplesse, la douceur, et la tenue. Ils doivent tous être remplis (sauf si c’est un choix créatif assumé, y compris dans le prix).

4. Quand on ne peut pas toucher, il importe d’obtenir des gages concrets sur la qualité du tissu utilisé (nom du fabricant ou marque du tissu).

Globalement, un beau tissu, ca commence par un bon fil et un bon tissage.

Alors comment faire sur Internet, quand on ne peut ni voir, ni toucher? Eh bien, s’il n’y a rien d’écrit, je vous recommande fortement de demander les éléments concrets qui établissent la qualité du tissu utilisé, et de juger la réponse sur la base de votre intuition ou de votre bon sens. Une réponse floue n’est pas un gage d’honnêteté, de transparence ni même de professionnalisme (tout fabricant ou faiseur se doit de connaître la qualité de ce qu’il achète).

La réponse peut être évidemment plus technique (titrage du fil, thread count, mommes, ….). Mais le gage de qualité auquel on se réfère généralement, c’est le nom du fabricant; au-delà de Liberty, il y a aussi de très nombreuses marques: Robert Kaufman, Atelier Brunette, Art Gallery, Kokka, Rifle Paper, …. Je ne vois pas en quoi une telle information devrait être confidentielle.

5. J’ai vu 3 grands pièges Qualité; ils sont liés aux mots satin, japonais et Liberty.

Satin, c’est une manière de tisser. Vous avez des satins de coton, de soie, …. Un satin sans précision de matière est quasiment systématiquement un satin de polyester, qui ne coûte pas grand chose.

Certains écrivent « tissu Liberty » pour dire « tissu fleuri ». Le vrai, c’est une marque: Liberty London, ou Liberty Art fabrics, avec un nom donné à l’imprimé (Betsy, Hera, Adelajda, ….), et une qualité remarquable (léger, soyeux, qualité des couleurs, durabilité, …). La différence de prix peut être énorme.

Si les vrais tissus japonais fabriqués au Japon sont de qualité remarquables, certains vendent aussi des « style japonais ». Dans ce cas, il s’agit d’un tissu souvent de qualité moyenne avec un motif japonisant. Là aussi, la différence de prix peut être énorme.

6. Fabriquer un noeud papillon est techniquement plutôt simple, surtout pour les pré-noués. Ce qui fait toute la différence, c’est 1. le choix du mix tissu / entoilage et 2. la qualité et la précision de l’exécution.

C’est quoi l’entoilage? C’est un tissu particulier qu’on a va coller ou coudre au dos du tissu principal. Cela modifie son épaisseur, améliore sa tenue, etc.

Quand on est une marque importante (genre Hermès ou Tie Rack), le volume ou la marge permet commander le tissu que l’on souhaite. Pour un artisan ou petit fabricant (semi-artisanal ; entreprise de fait main), c’est différent. Donc, on se retrouve avec des tissus aux caractéristiques différentes (matière, épaisseur de fils, nombre de fils par cm2, …). Parallèlement, il existe plein d’entoilages différents. Tout l’art est de trouver les bonnes associations.

C’est aussi la raison pour laquelle il importe de se renseigner sur le tissu utilisé. Un tissu Liberty of London est très fin, il faut impérativement l’entoiler pour faire un noeud élégant, qui a de la tenue. Pour un twill de soie, on peut en trouver en 12mm (mommes, c’est une unité de densité, qui correspond ici à un tissu fin et léger) mais aussi en 20 et plus. Qu’est ce que cela change? Une soie pure et épaisse, en terme de rendu, c’est incomparable par rapport à une soie fine et entoilée. Donc demander à un fabricant si le tissu entoilé ou pas, entièrement ou pas (noeud et tour du cou), a du sens.

Après, le truc simple à faire c’est de bien regarder sur la photo, la qualité du noeud et l’épaisseur du tissu. Et de les comparer à celles sur des produits concurrents. Les différences sont souvent visibles même sans expertise particulière. Coutures invisibles. Absence de faux pli sur le noeud pré-noué. Noeud équilibré. Tissu opaque partout. Tissu donnant l’impression d’être épais et souple (et pas flasque ou rigide). Etc.

7. Au-delà de la qualité de leur réalisation, ce sont les finitions qui changent. Le plus courant concerne le tour de cou et l’ajustement à la taille. Le mieux est évidemment l’attache coulissante, sur un tour de cou parfaitement fini.

Déjà, certains peuvent coller le noeud. Forcément, le coudre, c’est mieux. A demander et vérifier.

Ensuite, au niveau du tour du cou, on voit de grosses différences (logique, car on y fait moins attention):

Le tour de cou est assorti .. ou pas comme ici. Est-ce nécessaire qu’il soit assorti?

C’est la même question pour tout vêtement: est-ce que le « non visible » ou « moins visible » doit être moins élégant et moins qualitatif? On peut en débatte. Mais ce sera toujours mieux (confort, solidité, élégance) d’avoir un pantalon ou un jupe doublée, des piqures invisibles sur le verso, etc.

Reste que cela change le prix de revient (tissu, temps passé).

Le tour de cou est entièrement doublé / entoilé. Ou pas, comme ici. Cela impacte très significativement le prix de revient, la durabilité, et le ressenti en main. La belle méthode: je coupe tissu et toile, j’entoile, je couds sur l’envers, je coupe les surplus pour ne pas qu’il y ait de bourrelet, je retourne pour que les piqures soient à l’intérieur … ça prend évidemment plus de temps.

Avec un tissu fin, on voit sur une telle photo que, sans entoilage, c’est vraiment très fin (légère transparence); on devine que le surplus de couture (visible car plus sombre) sera perceptible au toucher.

En fait, c’est comme si une cravate n’était pas doublée dans la zone autour du cou. C’est un peu moins élégant, et moins solide.

Pour le réglage autour du cou, il y a plusieurs options: élastique et crochet (comme les soutiens-gorge), les boutons pression, et l’attache coulissante.

C’est la dernière qui permet le réglage le plus fin et le plus agréable du noeud autour du cou. C’est le système utilisé par exemple par Hermès sur leurs noeuds prêts à porter. Cette précision de réglage au millimètre est un vrai atout quand il fait chaud, quand on porte le noeud sur des chemises d’épaisseurs différentes. C’est aussi plus exigeant qu’utiliser une presse pour mettre 3 boutons pression. Est-ce que les gens qui achètent des noeuds à crochets ou boutons pression achètent aussi des cravates pré-nouées à boutons?

Attention, certains sites très connus ne précisent pas le système de fermeture de leur noeud (ni dans le texte, ni en photo).

8. Au niveau du noeud, pour les pré-noués, c’est le double noeud qui est le plus classe. Pas systématiquement, mais le plus souvent.

Pour les noeuds pré-noués, le papillon est soit simple, soit doublé comme ci-contre.

On peut considérer que, pour les noeuds papillon, comme pour les cravates, les plus élégants sont ceux que l’on noue soi-même. Clairement, c’est le double noeud pré-noué qui s’en rapproche le plus: le « double noeud » donne plus d’amplitude, de relief, ça anoblit. Si l’imprimé est très riche et/ou le tissu épais, on peut éventuellement préférer un noeud simple.

9. A tissu identique, les prix varient entre environ 15 et 70 Euros. Pourquoi? Eh bien en tout cas, force est de constater que ce n’est pas lié à la qualité des finitions.

Un noeud pap, c’est plutôt facile à fabriquer (taille unique), et c’est peu de tissu. Par contre, entre le moment où l’on va chercher le tissu, et celui où le colis est dans la boite aux lettres, il y a plein de petites opérations. Vous pouvez le voir vous-même en 2 minutes, il y a plein de tutos sur le Web.

Donc, 4 grandes sources de coût pour un noeud:

  • le tissu
  • les opérations de confection et de manutention (ici, essentiellement de la main d’oeuvre)
  • les coûts de structure, d’organisation, de publicité.
  • les marges (pour les entreprises).

Quand il s’agit de coton ou de lin, le coût du tissu est globalement assez marginal dans l’ensemble; à niveau de qualité comparable, le coton est le moins cher, puis c’est le lin, puis la laine, puis la soie. La qualité de soie ou de laine peut changer drastiquement le coût. La valeur d’un imprimé est objective (qualité de la teinture), mais aussi subjective (affaire de goût, coup de coeur, effet mode, valeur attachée à une marque, ….).

Si vous tapez, dans votre moteur de recherche favori, « noeud papillon Liberty », vous verrez vous-même que les prix vont de 15 à …. 70 Euros, tout compris. Pourquoi? En comparant vous-mêmes les finitions entre elles -encore une fois à tissu identique- vous constaterez qu’il n’y a pas de rapport entre le prix et la qualité des finitions. On trouve facilement des noeuds à 35 Euros et au-delà qui ont des finitions inférieures à des concurrents au même prix.

Logiquement, les offres semi-artisanales (fait-main de marque) devraient être moins chères que le fait-main d’un artisan régional (car mieux mécanisées, meilleur prix sur les tissus, ….). Ce n’est pas le cas, certainement en raison d’autres coûts beaucoup trop élevés (structure, pub, distribution, marge, …).

Après, pour les offres sous les 25 Euros … le prix est aussi un indicateur de qualité, ou de la valeur qu’on donne à son propre travail.

Les cotons Liberty étant parmi les plus chers du marché, je ne vois pas ce qui peut justifier concrètement des noeuds en coton à significativement plus de 40 Euros, hormis la valeur subjective qu’on peut lui donner (forme du noeud originale, imprimé, ….). Concernant l’imprimé: si c’est un petit motif répétitif, il y a juste le sens de lecture à respecter. Par contre, quand l’imprimé est asymétrique / irrégulier, que le tissu a visiblement été découpé pour rendre bien, cela a plus de valeur.

Enfin, pour la soie et la laine, un prix significativement plus cher est totalement justifié. Voire vraiment plus cher si le toucher et la tenue sont remarquables. Et c’est encore plus vrai quand il y a des beaux imprimés. Et c’est encore plus vrai pour la soie car elle est moins facile à travailler (fragile, glissante).

10. Vu que c’est un accessoire de petite taille, il faut qu’il se voit un minimum, et donc qu’il ait un certain contraste avec le reste de la tenue (chemise + veste).

Ce contraste peut être obtenu en jouant sur les couleurs, la matière, les imprimés (uni / motifs), ou simplement un jeu de lumière (noeud pap en satin de soie sur chemise et costume en coton mat).

Et vu qu’il doit contraster, il importe que le tissu exprime ce quelque chose qui vous rend différent.

C’est en ce sens qu’il y a aussi une valeur subjective. Cette valeur est très importante, pas forcément au point de payer un prix injustifié.

Espérant que cela vous soit utile

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019 Polina Couture

Laisser un commentaire