L'Esthétique Japonaise

Esthétique Japonaise – Valeur et Beauté de l’Asymétrie dans l’Art et l’Artisanat

Voici 2 oeuvres qui datent de la même époque (début 19ème), une peinture allemande et une estampe japonaise, où, d’ailleurs, il s’agit de montagne et de brouillard:

Et voici maintenant 2 jardins, celui de Versailles, et celui du musée d’art Adachi au Japon:

Dans notre façon de voir, le sujet est central; et après, c’est la perspective et l’équilibre de la composition, le plus souvent au service du sujet.

Au Japon, il n’y a pas de sujet central, pas d’équilibre, pas de perspective. En fait, on recherche exactement le contraire.

Et pourtant, dans les 2 cas, il y a cette même quête de beauté et d’harmonie.

Qu’est-ce-que change l’asymétrie?

L’asymétrie donne une dimension plus naturelle et spontanée. Elle reflète l’imperfection du monde, ce qui la rend plus authentique.

Ensuite, si la symétrie avec une valeur esthétique, celle-ci est aussi physique / mathématique, et quelque part impersonnelle. Alors que l’asymétrie est un choix d’artiste, forcément plus subjectif et émotionnel.

Ensuite, elle ajoute du mouvement et de la vie. Quand on regarde le voyageur de Friedrich ou le jardin de Versailles, notre regard se fige sur l’image. Avec l’estampe d’Hiroshige, notre regard est d’abord un peu déconcerté par ces jeux de pente et de lumière, cherche sa voie, et finit par suivre la route des voyageurs, d’abord vers la gauche et l’ombre, puis vers la droite et le brouillard ensoleillé. Pareillement pour le jardin: le tronc coupe la vue, un grand classique japonais; les buissons à l’ovale parfait alternent avec les pierres aux formes improbables; le végétal avec le minéral, le vert avec sa couleur opposée: le rouge; les sens des pentes et collines, les volumes et les niveaux, … il n’y a aucune « logique », mais esthétiquement, c’est un jardin fascinant, un des plus beaux au monde.

Enfin, avec l’asymétrie, le spectateur est acteur: son regard se déplace, va et vient, découvre, librement; l’esprit vagabonde.

L’esthétique Zen a été très bien expliquée par un philosophe japonais: Shin’ichi Hisamatsu. Dans les 7 principes qu’il évoque (voir ce post), il y a « fukinsei » (不均斉). Que l’on peut traduire par asymétrie, mais qui est aussi une notion plus subtile que simplement mathématique, évoquant la disproportion, le déséquilibre. Etymologiquement:

  • 不 est une négation qui peut se traduire comme non-, moche, bancal, …
  • 均 évoque le niveau
  • 斉 évoque ce qui est ajusté, calibré.

C’est aussi lié à une notion d’absence de règle, à tous les sens du mot d’ailleurs (ce qui mesure / une norme / une loi).

J’aime beaucoup utiliser l’asymétrie dans mes snoods. Parce que les snoods font un lien entre le visage et le vêtement. Parce qu’il y a une face pour l’extérieur et une face pour la peau. Parce que nos humeurs changent, au jour le jour; comme la météo. Notamment. Alors autant avoir différentes façons de le regarder, et de le porter.

Echarpe snood bleu, turquoise et écru, associant 2 tissus japonais en coton à motifs de vagues et de carpes koi, avec un coton bleu et blanc à rayures. d'étoiles asanoha
Echarpe snood pour homme ou femme, avec une face en laine unie bleu marine, et une face à motif géométrique de vagues écrues en tissu de coton japonais
Echarpe snood pour femme, une face en crêpe de soie rose, et l'autre en tissu japonais de coton à motif géométrique d'étoiles Asanoha et coton uni gris clair

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *