Le monde des Couleurs, Théorie & Pratique

Les Repères pour trouver facilement de bonnes harmonies de couleurs

Qu’est ce qui fait qu’une couleur va ou pas? Qu’elle améliore l’ensemble de la tenue, ou pas? Qu’il y a harmonie ou pas?

Concrètement, il y a 3 grandes situations:

  • soit je veux enrichir, nuancer;
  • soit je veux faire ressortir quelque chose;
  • soit je cherche à faire un lien entre 2, ou plusieurs éléments de couleur différente.

L’outil simple pour trouver facilement et rapidement des bonnes réponses est la roue chromatique.

1. Pourquoi il faut connaître la roue chromatique?

La roue chromatique, c’est LA BASE. Quelque part, elle résume simplement toutes les découvertes faites depuis Isaac Newton en matière de couleurs. Elle représente les couleurs de l’arc en ciel en cercle, avec leurs dégradés. Représenter les couleurs sur un disque est au départ une idée de Newton. Un chimiste Français -Michel-Eugène Chevreul- l’a enrichi alors qu’il était directeur des Gobelins … au départ pour avoir un dictionnaire / un référentiel de couleurs que tous voient de la même manière, et appellent du même nom. Car Chevreul est celui qui a notamment découvert qu’on ne voit pas une couleur donnée de la même manière, suivant les couleurs qui sont autour. Ou encore que 2 couleurs juxtaposées créent – par effet d’optique- l’impression d’en voir une 3ième … ce qui explique, par exemple, qu’un pied de poule noir et blanc apparaitra gris à une certaine distance.

En fait, si on s’intéresse aux compositions de couleur, c’est mieux de connaître quelques bases d’optique qu’on enseigne dans les écoles des Beaux Arts et de Design. Notamment celles exposées ici.

Voici 2 exemples de roues, une de Chevreul à gauche, et une autre avec les noms des couleurs à droite.

Cette roue est en fait un moyen simple de comprendre tout ce qui touche aux mélanges de couleurs, et aux harmonies. C’est la base qu’on enseigne et qu’on utilise en peinture, en photo, en confection, en cosmétique, en décoration, …. elle évite aussi d’apprendre toute la physique / chimie qui est derrière.

Si on prend un truc qu’on connait tous: rouge + jaune = orange. Dans la roue, le résultat du mélange de 2 couleurs est la couleur qui se trouve entre les 2. Vous voyez la même chose pour jaune + bleu = vert. Après, effectivement, comme tout dépendra de quel type de vert, et quel type de bleu, c’est mieux d’utiliser une roue plus riche que celle-ci … que j’ai choisie avant tout pour que ce soit facile à voir et comprendre.

Voici les principales utilisations.

2. Pour créer un effet de contraste, on associe une couleur à son opposé sur le cercle chromatique.

C’est le contraste qui mettra toujours le plus en valeur un élément donné. Le blanc paraîtra toujours plus blanc s’il est sur un fond noir -son opposé-, et réciproquement pour le noir. C’est vrai pour n’importe quelle teinte. Et pour trouver le contraire d’une couleur donnée, on utilise le cercle chromatique: c’est celle qui se trouve à l’opposé et à égale distance du centre.

Cela vaut pour l’ensemble de la couleur, c’est à dire la teinte et son intensité (l’opposé de rouge vif est cyan vif).

Il y des roues plus ou moins complexes. Plus ou moins spécifiques. C’est avant tout comment l’utiliser qu’il importe de retenir.

3. L’harmonie simple et sure est le ton sur ton / camaïeu. On peut la rendre plus subtile.

Le camaïeux est très certes classique. La méthode la plus usuelle est d’associer des variantes plus claires et plus foncées d’une même couleur. C’est une composition en dégradé, comme ci-dessous:

On peut aussi le rendre plus subtil, plus riche, plus complexe:

  • en jouant sur mat / brillant.
  • ou sur vif / pastel,
  • Ou en jouant également sur les textures ou les matières.

4. Utiliser des couleurs proches (sur la roue) donne toujours des compositions harmonieuses

On part de sa couleur de départ. Et on va sur la droite ou la gauche. Vers le haut ou le bas. Ou les 2 à la fois.

Ici, le résultat est toujours cohérent, agréable à l’oeil. La seule limite peut tenir au manque de contraste, de dynamique, de surprise.

5. L’harmonie complexe consiste à utiliser des couleurs proches et opposées qui s’équilibrent (à égale distance du centre)

Pour aller plus loin, on associe les couleurs de manière à ce que l’ensemble soit équilibré autour du centre du cercle. Il y a plusieurs manières de le faire.

6. Les tons neutres (tout ce qui est entre blanc et noir) se mélangent avec tout.

Ce qui inclut donc toutes les nuances de gris.

C’est vrai que tout cela est assez mathématique. En fait, c’est de la physique. Mais ca marche, c’est éprouvé, fiable; c’est la base qu’utilise tout designer.  Après, il y a toujours notre propre subjectivité, notre propre sensibilité, nos propres préférences.

Maintenant, comme tout cela reste un peu abstrait, je vous propose de le voir avec un exemple inspiré de la vie de tous les jours. Dans le cas d’un vêtement. Puis en partant de la couleur peau. C’est l’objet des posts suivants.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019 Polina Couture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *