Le monde des Couleurs, Harmonie des Couleurs

Les Combinaisons Colorielles d’Hiver du Japon Impérial

S’habiller en hiver avec des couleurs n’est pas évident. Il fait froid, les paysages sont dénudés, les journées sont grises, cela joue sur notre humeur, et notre manière de nous habiller.

Ceux qui nous ont notamment appris à voir une certaine beauté dans l’hiver, ce sont les peintres, en particulier flamands (par ex. Bruegel ci-dessous à gauche); Ou russes (ici Ivan Aïvazovski):

Les nuances de beige, de brun, ou mordoré réchauffent l’atmosphère.

Plus tard, d’autres peintres ont amené une autre façon de voir l’hiver, en y amenant justement de la couleur (ci-dessous Van Gogh, Munch, Choultsé et Hiroshige). Une touche qui, par effet de contraste, change tout dans l’estampe d’Hiroshige (une des 53 stations du Tokaido).

Et si on prend la palette de couleurs d’un de ces tableaux pour inspirer notre choix de vêtements ….

Et au Japon?

Le contexte historique (rappel que vous pouvez sauter):

L’ère dite Heian (de 794 à 1185, soit, pour nous, entre Charlemagne et Philippe-Auguste) est considérée comme la période la plus rayonnante du Japon impérial. Et c’est à cette époque que sont nées certaines règles vestimentaires japonaises. Dans l’absolu, elles sont très sophistiquées, très codifiés, et étaient définies par décret impérial; elles intègrent le rang social, la saison ou l’évènement, le genre (féminin / masculin), l’âge, … sachant que l’habillement pouvait compter jusqu’à 12 couches superposées (à découvrir dans ce post).

Quelles étaient les couleurs définies pour l’hiver?

Comme pour les autres saisons (voici le lien vers l’automne), elles sont inspirées par la nature. Et voici donc les combinaisons traditionnelles de l’hiver sous l’ère Heian. Elles sont moins nombreuses que celles des autres saisons. Il y a une description du thème, une image qui l’évoque, et un choix de couleur pour le représenter.

Kare-iro:

Litt. couleur flétrie. Cela évoque les paysages d’hiver, les herbes vertes qui jaunissent, asséchées  par le vent sec et froid.

Yukinoshita:

Litt. sous la neige. Cela évoque les fleurs de prunier qui fleurissent sous la neige.

Tsubaki:

Composition de camélias.

Kōri kasane:

Litt. les couches de glaces. Paysage d’hiver par excellence, ici représenté avec un blanc cassé et un blanc pur.

Matsu no yuki:

Le pin sous la neige.

Mushiao:

Ceci fait référence à un insecte: Chrysochroa fulgidissima. Ses ailes irisées sont vertes aux reflets violets. D’où cette association de couleurs.

Quelque part, in fine, s’habiller c’est aussi choisir une palette de couleurs qui doit résonner avec l’air ambiant, mais aussi avec notre humeur, y compris quand elle est gaie ou légère. Et même en hiver.

Pour ma part, j’aime quand de petites touches de couleur changent l’ensemble. Comme dans l’estampe d’Hiroshige ci-dessus. Des touches que peuvent amener les accessoires. C’est un peu comme avec les 2 photos ci-dessous, car la présence du pont change tout.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2020 Polina Couture

Laisser un commentaire